VTC : "la loi Grandguillaume n’est pas appliquée" (syndicat)

uber vtc app

Depuis le 1er janvier, les plateformes numériques de VTC ne peuvent théoriquement plus faire appel à des chauffeurs de transport collectif à la demande (LOTI). Les syndicats de chauffeurs estiment que ce statut, plus facile à obtenir que celui de VTC, permet une généralisation du travail dissimulé. Ils réclament l’application stricte de la loi Grandguillaume et se projettent déjà sur la fixation d’un prix plancher au kilomètre. Entretien avec Sayah Baaroun, Secrétaire Général du Syndicat des Chauffeurs Privés VTC.

Cet article est réservé aux abonnés

Interview - 04 Janvier 2018 - 615 mots - 4 Intervenants

REGLEMENTATION | SOCIAL-DROITS
Mobilité|Transports

Abonné :

Pas encore abonné?