Loi EGALIM : le gouvernement veut croire à la responsabilité des entreprises

vache

Votée ce mercredi après une semaine de discussions intenses à l’Assemblée nationale, la loi agriculture et alimentation conserve l’esprit de concertation des États Généraux de l’Alimentation. Moins ambitieuse qu’attendu, elle privilégie l’incitatif au coercitif et fait l’objet de nombreuses critiques : coquille vide pour certains, loi des lobbys pour d’autres. Elle met en tout cas la RSE des transformateurs et des distributeurs au cœur des enjeux, tant en amont qu’en aval des filières. Décryptage.