Schroders lance un “tableau de bord du progrès climatique”

SCHRODERS

L'asset manager britannique crée un tableau de bord pour aider les investisseurs à prendre en compte le réchauffement climatique dans la composition de leur portefeuille… (en accès libre)

Schroders, un fonds d’investissement britannique, lance un “tableau de bord du progrès climatique”. Ce tableau de bord a pour ambition d’aider les investisseurs à mieux gérer leurs investissements en prenant en compte les risques posés par le changement climatique. Concrètement ce tableau de bord suit 12 indicateurs de 4 types: les changements politiques, les évolutions du contexte commercial, les progrès technologiques et enfin des indicateurs énergétiques et gaz à effets de serre (GES). 

Les chiffres proposés par Schroders prévoient, une fois combinés, une hausse des températures de plus de 4°C, bien au delà de l’objectif de 2°C fixé lors de l’accord de Paris sur le climat en décembre 2015. Ce rapport permet non seulement d’avoir une vision globale mais aussi d’estimer la contribution de chaque indicateur à la hausse des températures. Par exemple, la poursuite du montant actuel des investissements pétrolier et gaziers, semble plutôt mener à une hausse de 5,3°C. L'étude tente aussi de chiffrer l'"ambition politique" des régulateurs en estimant l'impact des actions gouvernementales des Intended Nationally Determined Contributions (INDC) des accords de Paris, en se basant sur les réalisations effectives recensées dans le Climate Action Tracker. 

Selon l’analyse de Schroders, les conséquences d’un réchauffement de plus de 4°C aurait des conséquences majeures sur le marché. Schroders souligne notamment les conséquences financières d’un tel réchauffement: “[le réchauffement climatique] est un vrai problème, non seulement sociétal mais aussi financier”, a affirmé Andy Howard, à la tête de la recherche durable chez Schroders. La société de gestion chiffre la baisse des rendements et de la valorisation des entreprises liée au changement climatique à 15-20% des flux de trésorerie dans les années à venir, compte tenu d'une anticipation d'une hausse du prix du carbone à 100$/tC02 vers 2050. Selon Schroders, les modèles propriétaires utilisés dans l'intégration du risque climat dans les flux de trésorerie ("VaR carbone") futurs tiennent compte de la variation de la demande liée au renchérissement des prix intégrant le carbone, et des interdépendances entre industries. 

Alors que l’analyse de Schroders montre que l’action politique ne sera pas suffisante pour limiter l’augmentation à 2°C, le tableau de bord, actualisé chaque trimestre, devrait donner aux investisseurs un aperçu clair des avancées effectives dans la réalisation des objectifs définis dans l’Accord de Paris. Schroders n’est pas le premier fonds à mettre en garde le marché sur les risques (et opportunités) du changement climatique et à appeler les investisseurs à en prendre compte dans la composition de leur portefeuille. Ainsi, en septembre 2016, le premier gestionnaire d’actifs mondial, BlackRock, avait publié un rapport mettant en avant l’importance des effets du réchauffement climatique dans les choix d’investissements. Si le réchauffement climatique constitue un risque pour les entreprises (et donc pour les fonds d'investissement), il faut aussi souligner que la transition énergétique représente aussi une opportunité de taille. Ainsi, une étude du Think Tank New Climate Economy estime à $90.000 Mds les investissements mondiaux nécessaires pour construire les infrastructures nécessaires à la transition énergétique pour les 15 prochaines années.

Schroders propose notamment les fonds ISR "ISF QEP Global ESG" et "Global CLimate Change Equity", investis en actions internationales. 

LIENS DE L’ARTICLE

site web: Schroders - Climate Change Dashboard - Q2-2017 (page web, en anglais): http://www.schroders.com/en/lu/professional-investor/featured/climate-change-dashboard/

POUR APPROFONDIR LE SUJET

CONTINUER LA LECTURE