Ouganda : Total se défend de manquer à son devoir de vigilance

Sophie Chauliac | 23 Avril 2020 | 584 mots

TOTAL-TOUR

Au mois d’octobre dernier, 6 ONGs ont assigné le groupe Total en justice pour manquement à son devoir de vigilance dans le développement de deux projets pétroliers en Ouganda. Il s’agit d’une première depuis l’adoption de la loi en mars 2017. Alors que le tribunal de Nanterre s’est jugé incompétent et qu’une audience en appel est prévue pour cette fin juin 2020, le groupe a souhaité répondre aux accusations “d’atteintes graves aux droits fondamentaux des populations.

Cet article est réservé aux abonnés

Article - 23 Avril 2020 - 584 mots
INDUSTRIES EXTRACTIVES - Extraction d'hydrocarbures
INITIATIVES RSE-ESG | ACHATS-DROITS HUMAINS AFRIQUE - OUGANDA
Droits humains - Devoir de Vigilance|Energies fossiles

Abonné :

Pas encore abonné?

POUR APPROFONDIR LE SUJET