Bilan 2018 : nos entretiens marquants

ITW

Chaque mercredi, RSEDATANEWS donne la parole à ceux qui font l’actualité de la RSE, du Développement Durable et de l’Investissement Responsable en France. Retour sur les entretiens les plus marquants de l’année 2018 (en accès libre).


Transition énergétique :

Lucie Pinson : "mettre les banques et les assurances face à leur responsabilité climatique" (Les Amis de la Terre)

Depuis 2013, les Amis de la Terre ont considérablement renforcé leur expertise en matière de financement des énergies fossiles. L’ONG a multiplié les actions ces dernières années. Avec un objectif en tête : maintenir la pression sur les acteurs du secteur banques et assurances pour les pousser à désinvestir du charbon, du gaz et du pétrole. Comment l’ONG travaille-t-elle ? Quelle est la nature du dialogue qu’elle engage avec les groupes qu’elle critique ? Réponses avec Lucie Pinson, qui porte depuis 5 ans pour les Amis de la Terre les dossiers sur la finance et l'assurance privée.

Arnaud Gossement : "Nicolas Hulot sera le dernier ministre de l'écologie"

Quel bilan tirer de la première année de Nicolas Hulot au poste de ministre de l'environnement? Pour l'avocat Arnaud Gossement, spécialiste du droit de l'environnement et "vétéran" du sommet du Grenelle en 2008, le débat autour de la personne du ministre n'a pas de sens. Il regrette l'absence d'un vice-premier ministre en charge du développement durable et déplore que l'écologie ne soit qu'une "politique parmi d'autres" en dépit des annonces d'Émmanuel Macron.

Christian de Perthuis : "basculer de la rente pétrolière à celle de la rente carbone" (chaire économie du climat - Université Paris Dauphine)

La démission de Nicolas Hulot a remis un vieux débat sur le devant de la scène : économie de marché et préservation du climat sont-ils compatibles. L’ancien ministre de la transition énergétique penche vers la négative. Un avis que ne partage pas Christian de Perthuis. L’économiste, fondateur de la chaire d’économie du climat au sein de de l’Université Paris-Dauphine, estime que la tarification du CO2 peut nous faire basculer vers une économie bas carbone. Mais à deux conditions : que la question de la redistribution de cette taxe soit discutée au niveau international. Et que les gouvernants fassent preuve d’un minimum de courage dans la gouvernance de ce mécanisme.

Serge Savasta : "le marché des énergies renouvelables n’est pas assez dérégulé" (Omnes Capital)

Le marché des énergies renouvelables est mature et n’a plus besoin d’être soutenu par les acteurs publics. C’est l’analyse de Serge Savasta. Cet associé gérant d’Omnes Capital, qui pilote la branche infrastructures du fonds d'investissement, regrette les freins actuels du marché français des EnR. Mais il se montre aussi optimiste sur le développement de projets futurs, et sur leur financements.

Yves Marignac : "nous n’avons jamais été aussi proche d’un accident nucléaire" (Wise)

Grand carénage, retard de l’EPR de Flamanville, perte d’expertise technique, recours massif à la sous-traitance… Le modèle économique d’EDF est à bout de souffle. C’est le constat glaçant formulé par Yves Marignac. Directeur du service d’études et d’information sur l’énergie WISE-Paris, membre des Groupes permanents d’experts de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et de l’association NégaWatt, il affirme que l’électricien multiplie les risques, tant sur son modèle économique que sur les questions de sécurité.

Jean-Patrick Teyssaire : "la mobilité électrique n’est pas la panacée" (Electric Road)

Le lundi 18 et le mardi 19 juin se tenait à Nantes la 5ème édition du congrès Electric Road, partenariat entre Planète Verte et l’Observatoire de l’Innovation dans l’Energie (OIE). Il réunissait les professionnels de la mobilité électrique, alors que le gouvernement et les industriels ont annoncé fin mai leur intention de multiplier par 5 le nombre de véhicules électriques neufs vendus chaque année en France d’ici 2022. Jean-Patrick Teyssaire, Président d’Electric Road et de Planète Verte est un fervent défenseur du véhicule électrique. Son optimisme est néanmoins mesuré quant aux pratiques RSE et à la généralisation de l’économie circulaire dans le secteur.

ISR :

Philippe Desfossés : "l'ISR doit produire un rendement maximum, mais un rendement soutenable" (ERAFP)

Après 10 ans passé à la tête de l’ERAFP, Philippe Desfossés quitte ses fonctions. S’il se réjouit des progrès réalisés par l’ISR au cours de la décennie écoulée, il estime que l’investissement responsable n’est pas encore sorti de sa niche. Il appelle à repenser totalement un système économique "caricatural" ne tenant pas compte des externalités sociales et environnementales.

Sophie Rahm : "un travail de détective pour mesurer la sincérité des entreprises" (Aviva)

Le groupe Aviva gère un portefeuille global de plus de 550 milliards d’euros. En France, Aviva Investors possède 7 fonds labellisés ISR et analyse la performance ESG de près de 90% de ses actifs. Comment sont élaborées ses politiques d’investissement responsable ? Comment sont construits les portefeuilles ESG ? Retour d’expérience de Sophie Rahm, Analyste ESG chez Aviva Investors, qui détaille l’outil ESG propriétaire du groupe, basé en partie sur sa politique d’engagement actionnarial.

Hervé Guez : "une déception par rapport au label ISR" (Mirova)

Lancé officiellement le 8 janvier 2016 par un décret publié au Journal officiel, le label ISR public (Investissement Socialement Responsable) aurait-il déjà du plomb dans l’aile ? Sans aller jusque-là, Hervé Guez, directeur de la recherche ISR de Mirova, estime qu’il n’a pas réussi à devenir l’élément structurant du marché de la finance responsable. Sa faiblesse ? Avoir dérouté les investisseurs et les réseaux de distribution faute d’objectifs précis et d’éléments différentiants.

Gouvernance :

Marc Jacouton : "la RSE ne fait plus débat dans les PME" (RSE Developpement)

Les PME et les ETI s’emparent enfin des enjeux RSE de leurs secteurs. Une prise de conscience renforcée par le texte de loi Pacte qui va modifier l’objet social des entreprises actuellement en préparation. C’est l’analyse de Marc Jacouton. Mais si le fondateur du cabinet RSE Developpement se félicite du chemin parcourus, il estime aussi que les marges de progression restent à ses yeux très importantes.

Bernard Horenbeek : "si vous voulez une banque éthique, rejoignez-nous!" (la NEF)

Depuis plus 30 ans, la NEF veut atteindre son Graal : devenir la première banque éthique française de plein exercice. Elle négocie depuis 5 ans avec l'ACPR, l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution. Sans succès jusqu'à présent. Si elle peut proposer des comptes professionnels et des livrets aux particulier, elle n'a pas l'autorisation de proposer à ces derniers des comptes courants. Pour sensibiliser à sa cause, la NEF lance une campagne de communication visant à recruter des sociétaires et des clients afin de peser dans sa négociation avec l'autorité de tutelle. Un travail long et patient comme l'explique Bernard Horenbeek, le président du directoire de la NEF.

Sylvain Guyoton : "le centre de gravité de la RSE se trouve dans les chaînes d’approvisionnement" (Ecovadis)

La RSE s’impose chaque jour davantage comme un mode de management transversal. Une tendance renforcée par une convergence mondiale sur la définition de la responsabilité économique des entreprises. C’est l’analyse de Sylvain Guyoton, le vice-président senior de la recherche d’Ecovadis. Cette société d’évaluation des politiques RSE des entreprises a connu une forte croissance depuis sa création en 2007. Elle est restée fidèle à son credo initial : noter la politique RSE des entreprises des chaînes d’approvisionnement.

Émilie Bobin - Sylvain Lambert : "les entreprises qui ne s’intéressent qu’à elles-mêmes sont vouées à disparaître" (PwC-DD)

Alors que la loi Pacte est actuellement en discussion au parlement, jamais les entreprises n’ont été autant contraintes à la responsabilité. La question de l’acceptabilité sociale de leurs activités conditionne aujourd’hui leur "licence to operate". C’est la conviction de Sylvain Lambert et d’Émilie Bobin, associés au sein du Département Développement Durable de PwC. Fondée en 1994 et intégrée au département stratégique du cabinet d’audit et de conseil depuis 2011, cette branche accompagne les entreprises dans la prise en compte de la RSE dans leur stratégie globale. L’occasion de mesurer le chemin parcouru depuis les balbutiements de la RSE à l’orée des années 90. Entretien croisé.

Agnès Weil : "au fond, ce n’est pas raisonnable de voyager. Mais ça le serait encore moins d'arrêter" (Club Med)

Alors que les vacances estivales battent leur plein, la question d’un tourisme de masse plus responsable se pose désormais avec acuité. Le Club Med est bien conscient des enjeux de responsabilité liés à son modèle économique. Le groupe met depuis longtemps en œuvre de nombreuses actions sociales et environnementales partout où ses villages sont implantés. Mais les émissions de CO2 liés au déplacement de sa clientèle restent à ce jour un problème insoluble. Entretien avec Agnès Weil, la directrice développement durable et mécénat du groupe.

Loïc Dessaint : "redonner du sens aux dividendes" (Proxinvest)

Pour Loïc Dessaint, directeur général de Proxinvest (société de conseil aux investisseurs), le rapport publié par OXFAM ne contient aucune surprise. Selon l’ONG, plus des deux tiers des bénéfices des entreprises du CAC40 ont été redistribués aux actionnaires depuis 2009. Il s’inquiète de la réduction de la capacité d’investissement de ces grandes entreprises et préconise une remise à plat de la politique de redistribution des bénéfices.

Loi Pacte :

Fabrice Bonnifet : "la RSE n'est pas le cœur de la loi PACTE" (C3D)

Les membres du C3D (le Collège des Directeurs du Développement Durable) ont accueilli avec réserve le projet de loi PACTE présenté en conseil des ministres le 18 juin dernier. Ils regrettent globalement que l’idée qu’il ne peut pas y avoir de performances financières sans performance extra-financières ne transparaisse pas davantage de ce texte. Fabrice Bonnifet, président du C3D, espère tout de même qu’il sera suffisant pour insuffler une dynamique de transformation au sein des entreprises.

 

POUR APPROFONDIR LE SUJET

CONTINUER LA LECTURE