One Planet Summit : les engagements du secteur privé

One-Planet-Summit

Le One Planet Summit s’est tenu à la Seine Musicale, près de Paris hier soir. Ce momentum climatique avait commencé lundi à l’occasion du Business Climate Summit. Cette séquence a permis à de nombreuses entreprises et investisseurs d’annoncer des mesures concrètes destinées à lutter contre le réchauffement climatique. RSEDATANEWS les recense pour vous (en accès libre).

Investisseurs :

AXA :

Le premier assureur mondial durcit ses seuils d’exclusions sur le charbon. Il va se désinvestir des entreprises qui tirent plus de 30 % de leurs revenus ou de leur mix énergétique du charbon. Idem pour des entreprises qui construisent activement des nouvelles centrales à charbon et celles qui extraient plus de 20 millions de tonnes de charbon par an. AXA se retire aussi totalement du secteur et des activités liés aux sables bitumineux.

Climate action 100+ :

225 grands investisseurs internationaux rejoignent l’initiative Climate Action 100+. Elle vise à encourager les 100 plus gros pollueurs de la planète à réduire massivement leurs émissions de gaz à effets de serre.Les nouveaux entrants pèsent 22 000 milliards d’euros d’actifs. On compte parmi eux Amundi, le groupe Caisse des Dépôts et HSBC.

Investisseurs publics Français :

Bruno Lemaire, le Ministre de l’économie, a donné une ligne de conduite claire aux investisseurs publics français (Groupe Caisse des Dépôts, Bpifrance, AFD, etc.) . Ils doivent désormais intégrer des critères d’impact climatiques dans leurs investissements. Ils pèsent 600 milliards d’euros.

Mirova :

À l’occasion de ce sommet, Mirova, la filiale du groupe Natixis, a lancé un fonds destiné à réhabiliter les terres agricoles dégradées. Baptisée LDN pour Land Degradation Neutrality et lancé en partenariat avec le WWF et les Nations Unies, il est doté de 130 millions d’euros. Une dotation qui pourrait passer à 300 millions en 2018.

Sables bitumineux :

Quatre banques françaises ont annoncé leur retrait total des sables bitumineux et du pétrole localisé dans le cercle Arctique : BNP Paribas, Natixis, Société Générale et Crédit Agricole.

 

Entreprises :

Brittany Ferries :

Brittany Ferries est la première compagnie maritime à lever un financement vert via le programme Green Shipping Guarantee de la BEI, la Banque Européenne d’Investissement. Un financement de 750 millions d’euros pour la construction d’un navire propulsé au gaz naturel liquéfié.

EDF :

EDF s’engage massivement dans l’énergie photovoltaïque. L’énergéticien historique veut construire des fermes solaires d’une capacité de 30 GW entre 2020 et 2035. Cela représente l’équivalent de la moitié de la puissance actuelle du parc nucléaire français.
EDF va aussi convertir sa flotte de véhicules en 100% électrique d’ici 2030.

Entreprises françaises :

91 entreprises françaises vont investir 300 milliards d’euros dans l’économie bas-carbone. Une annonce faite le 11 décembre au siège du MEDEF en présence de Nicolas Hulot. D’ici 2020, ces 300 milliards financeront des programmes de R&D et de production d'énergies renouvelables.

Exxon :

Le géant pétrolier américain montre enfin un peu d’allant sur le climat. Sous la pression de ses actionnaires, Exxon devrait prochainement rendre public son analyse sur le climat et les conséquences d’une scénario 2°C sur son modèle économique.

Schneider Electric :

Le groupe annonce son intention de se fournir à 100 % en énergie renouvelable d’ici 2030.

TCFD :

237 entreprises s’engagent à adopter les recommandations de la TCFD, la Task Force on Climate-elated Financial Disclosures. Elles devront donc expliquer dans leur rapport annuel comment elles évaluent les risques climatiques de leurs business models, et projeter les stratégies qu'elles choisissent d’adopter pour réduire leur impact sur le climat.

 

Banques de développement :

AFD :

L’Agence Française de Développement aligne l’ensemble de ses financements sur les critères de l’Accord de Paris. C’est aussi le cas pour 22 autres banques de développement dans le monde. Concrètement, cela signifie que priorité sera donnée aux projets bas-carbone et résilients. Cela ne veut en revanche pas dire que les projets liés aux énergies fossiles sont totalement abandonnés, comme l'a précisé le patron de l’AFD.

Banque mondiale :

C’est une première pour cette institution. La banque mondiale annonce qu’elle ne financera désormais plus le gaz ni le pétrole. Une décision qui sera effective après 2019. Des exceptions pour les pays les plus pauvres pourront être faites au nom du développement et de l’accès des populations les plus pauvres à l’énergie.

INTERVENANTS

>Voir la fiche détaillée de l’opération Levée - Land Degradation Neutrality Fund (LDN)
Investisseur du fonds FONDACTION
Société de Gestion MIROVA

POUR APPROFONDIR LE SUJET

CONTINUER LA LECTURE

les autres fonds