Guide pratique : Critères ESG, l’intégration dans les financements, les investissements et les services aux TPE-PME

BAR-CHART-RSE-ESG-ORSE-PWC

L'intégration des paramètres ESG n'est pas l'apanage des grands groupes. Notation crédit, couverture des risques, efficience et résilience des business-models sont autant de facteurs de différenciation des PME autour desquels se retrouvent investisseurs, assureurs et banquiers. Tour d'horizon avec ce guide édité par l'ORSE (en accès libre).

Financement bancaire, assurance, capital-investissement et financement de marché : les PME et ETI gagnent à intégrer les critères ESG dans leur dialogue avec ces fournisseurs de solutions qu'elles croiseront lors de leur parcours de développement. Un signal fort : la Banque de France est en train d'intégrer l'ESG à sa méthode de cotation des entreprises "dans le but d'améliorer la notation du risque de crédit des entreprises", indique Michel Cardona, secrétaire adjoint de l'institution, lors des débats organisés par l'ORSE pour la publication de ce guide élaboré par son groupe de travail "finance". Relations fournisseurs, empreinte carbone, identification des provisions pour risque sont autant de facteurs qui font que les PME conscientes sont d'autant mieux positionnées sur leurs marchés et consolident des business-models plus résilients, constate la Banque de France sur la base des 11.000 entreprises évaluées "avec ESG" depuis 2015 et qui, en plus des entreprises, veut créer un effet d'entraînement autour de l'intégration ESG auprès des autres acteurs du financement. Avec en plus, en tant qu'organisme  ICAS et OEEC, un impact à la clé sur le calcul des besoins en fonds propres des établissement de crédit. 

"Il n'y a pas une RSE de grands groupes et une RSE de petites entreprises", rappelle Sylvain Lambert, associé de PwC France qui a co-produit ce guide. Beaucoup en font déjà sans le savoir et doivent maintenant approcher la formalisation de leurs approches pour coopérer avec leurs partenaires financiers. C'est aussi pour une PME le marqueur d'une ambition : "La formalisation d'un rapport annuel est déjà un signe de maturité", abonde Olivier Millet, président de l'AFIC et président du directoire d'Eurazeo PME, pour qui "le reporting RSE des PME ne doit pas être un reporting de petites structures, ce doit être un reporting adatpté pour les PME qui veulent devenir ETI". Avec parfois à la clé, une introduction en bourse et ses obligations de reporting afférentes.

Pour les assureurs qui la promeuvent auprès de leurs PME clientes, l'ESG est un bon prédicteur des risques : "les entreprises qui ont cartographié leurs risques de cette manière ont un bien meilleur rapport sinistres à primes à cinq ans", souligne François Garreau, responsable de la mission RSE auprès du Comex de Generali et président de la Commission développement durable de la FFA (qui vient d'élaborer son rapport intégration ESG et climat). Sans oublier les autres métiers de l'assureur : en tant que gros acheteurs de prestations, la RSE est aussi une préoccupation pour les sociétés d'assurance, et en tant qu'investisseurs, c'est une ESG inclusive du risque climat qu'il leur faut considérer, "avec un gros travail à faire dans ce sens sur la rédaction des mandats". 

Du côté des banques, si elles se sont initialement intéressées au financement de projets de nature "verte", elles commencent à intégrer les risques ESG aux décisions d'octroi de crédit, qu'elles expérimentent dans leurs réseaux. Et vont parfois plus loin en proposant formation et accompagnement, à l'instar de Bpifrance - dont c'est aussi la mission par décret. 70 entreprises ont déjà été accompagnées par le dispositif ESG de Bpifrance qui se déclenche en fonction des seuils de financement demandés par l'entreprise en capital ou en dette, rappelle Catherine Maille, responsable RSE chez Bpifrance. Avec là encore un effet d'entraînement en ligne de mire, puisque Bpifrance intervient généralement avec d'autres, en co-investissement ou en dette syndiquée. 

Enfin, l'ESG entre dans les moeurs des institutionnels qui demandent l'intégration de ces critères dans les mandats qu'ils confient. "Pas facile d'être à la fois juge et partie", relève Benjamin Biard, directeur du développement d'Amiral Gestion. Les asset managers naviguent en effet entre la demande d'institutionnels (comme l'Erafp), et leur propre appréciation des PME ciblées. 

Guide ORSE : Critères ESG : l’intégration dans les financements, les investissements et les services aux TPE-PME, décembre 2017, PDF, 104 pp - (téléchargement libre ci-dessous)

LIENS DE L’ARTICLE

site web: Guide ORSE : Critères ESG : l’intégration dans les financements, les investissements et les services aux TPE-PME (déc. 2017, PDF): http://www.orse.org/nos-publications/criteres-esg-l-integration-dans-les-financements-les-investissements-et-les-services-aux-tpe-pme

POUR APPROFONDIR LE SUJET

CONTINUER LA LECTURE