Étude Birdeo 2017 : face à l'importance des enjeux, les cadres RSE/Développement Durable réclament des moyens

RSE-birdeo

L’agence de recrutement spécialisée Birdeo a publié le 21 février 2018 les résultats de sa 4ème étude annuelle sur les enjeux actuels et les freins perçus par les professionnels des secteurs de la RSE et du Développement Durable. Réalisée fin 2017, l’étude cherche à mieux cerner leur profil, à recueillir leur perception de l’engagement de leur entreprise ou client, ainsi que leur avis sur la politique du nouveau gouvernement. Parmi les principales conclusions : un besoin généralisé de plus de moyens, et de plus de prise de conscience et de cohérence dans le secteur privé (en accès libre).

Birdeo, le cabinet de recrutement spécialisé dans le Développement Durable (DD), la Responsabilité Sociale (RSE) et l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) publie pour la 4ème fois une étude annuelle sur les enjeux et les freins identifiés par les professionnels de ces secteurs. Réalisée en partenariat avec e-RSE et le Collège des Directeurs du Développement Durable (C3D), l’étude inclue les perceptions d’environ 800 professionnels du secteur privé (45% des sondés), des métiers du conseil (34%) et de l’ESS/secteur public (21%).

Parmi les principales caractéristiques relevées en termes de profil des ressources humaines : une majorité de femmes (59% et jusqu’à 67% dans le secteur de l’ESS) et des professionnels très diplômés (90% ont un Bac +5 ou plus). Il est à noter que la proportion de CDD dans le secteur DD/RSE est 2 fois supérieure à la moyenne française (20% contre 10.5%) et que près d’un quart des salariés n'exercent pas leur activité DD à 100%.

Sens critique

Les sondés attribuent en moyenne une note de 6,2/10 à leur organisation/client pour qualifier son engagement dans la transition environnementale et sociétale. Une note qui varie en fonction de la taille de l’entreprise -plus elle est grande moins la note attribuée est bonne- et qui est particulièrement élevé dans le secteur de l’ESS (7,8). De manière générale, les moyens consacrés à la transition sont jugés insuffisants par 51% des professionnels. Dans le secteur privé plus particulièrement, 42% des sondés estiment que la stratégie de leur entreprise et sa stratégie RSE sont incohérentes. Par ailleurs, si la quasi totalité des salariés affirme que les décideurs ont pris conscience des enjeux du DD/RSE, 36% d’entre eux trouvent que cette dernière est limitée.

Dans le privé toujours, 91% des personnes interrogées considèrent que leur entreprise va devoir faire face à des enjeux importants dans le domaine environnemental mais aussi numérique. Principal levier de transformation identifié : la formation des salariés. En ce qui concerne le secteur de l’ESS, le principal frein est financier. A ce dernier s’ajoutent des freins culturels dans le secteur public.

Enfin, 50% des professionnels interrogés pensent que les entreprises seront davantage incitées à avancer avec le nouveau gouvernement (54% dans le secteur privé contre 46% dans le secteur public). Les mesures récemment annoncées (Plan Climat, Assises de la mobilité, Plan National Santé Environnement, Etats Généraux de l’alimentation…) sont par ailleurs perçues comme une opportunité pour plus de 75% des sondés.

POUR APPROFONDIR LE SUJET

CONTINUER LA LECTURE