Des éco-gestes contre la précarité énergétique avec CLEO

CLEO

La société Economie d’Energie lance le programme « CLEO », soutenu par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire et financé par des fournisseurs d'énergie, pour lutter contre la précarité énergétique qui touche 3,8 million de ménages français ... (en accès libre)

Pour lutter contre la précarité énergétique, la société Economie d’Energie a lancé le programme « CLEO », soutenu par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire et l’ADEME. La précarité énergétique fait partie des priorités politiques depuis la loi Grenelle 2 (loi n° 2010-788), et est communément mesurée à travers l’effort que doit fournir un ménage pour répondre à ses besoins élémentaires en énergie dans son logement (chauffage, électricité…) : on comptabilise les ménages qui consacrent plus de 10 % de leurs revenus aux dépenses d’énergie dans le logement. Ces ménages sont environ 3,8 million selon l’Observatoire national de la précarité énergétique, soit 14% des ménages français, au détriment de leur santé.

Créée en 2011 par Myriam Maestroni, la société Economie d’Energie aide les fournisseurs d’énergie à développer des programmes d’économie d’énergie sur-mesure pour leurs clients, en vue d’obtenir des Certificats d’Economie d’Energie (C2E). Avec le programme « CLEO », la société s’adresse cette fois aux bailleurs sociaux et à leurs locataires (environ 130 000 ménages y accèderont). Elle propose un site web ludique et coopératif pour sensibiliser les locataires en situation de précarité, et les aider à réduire leur consommation d’énergie, via des « éco-gestes » : par exemple faire des lessives basses température, dégivrer son réfrigérateur…. Le site () se veut ludique : défis, quiz, challenges collectifs avec les voisins, modules d’e-learning… Un système de points permet même de remporter des cadeaux. Des compteurs d’économie d’énergie, d’eau et de déchets peuvent être installés, afin de mesurer l’impact des actions menées.

Un financement par les fournisseurs d'énergie

Ce programme sera financé par des fournisseurs d’énergie (carburant, électricité, gaz, fioul…) qui doivent obtenir des Certificats d’Economie d’Energie depuis la loi POPE de 2005 (loi n° 2005-781).  Pour cela, ils doivent promouvoir activement l’efficacité énergétique auprès des consommateurs d’énergie (ménages, collectivités territoriales ou professionnels). Depuis la loi relative à la transition énergétique (article 30, loi n° 2015-992), une nouvelle obligation s’est ajoutée, au bénéfice des ménages en situation de précarité énergétique. Les fournisseurs d’énergie doivent donc financer des projets comme le programme CLEO pour obtenir un certain nombre de certificats d’économie d’énergie et ne pas verser de pénalités. Ainsi Petrovex, la filiale d’Auchan qui gère les centrales d’achat de carburant, est le financeur majoritaire du programme « CLEO », aux côtés de la société Economie d’Energie. Auparavant, Auchan Petrovex avait mis en place le plan d’action Prime Eco Energie Auchan, qui consistait à conseiller gratuitement leurs clients sur les économies d’énergie dans leur logement et à leur prodiguer une aide financière pour leurs travaux de rénovation énergétique, pouvant aller jusqu’à 2000€.

Il y a deux leviers d’action pour lutter contre la précarité énergétique : aider les ménages en situation de précarité à baisser leur consommation d’énergie ou proposer une aide au paiement de la facture énergétique. Auchan Petrovex et le programme CLEO ont opté pour l’aide à la baisse de consommation grâce à des comportements « éco-responsables », ce qui sera sûrement moins efficace qu’une rénovation énergétique des logements, les ménages précaires essayant déjà d’économiser de l’énergie. De plus, le programme CLEO donne aux bailleurs sociaux un droit de regard sur le comportement « écoresponsable » des locataires. Mais les bailleurs sociaux devront tout de même rénover tous les bâtiments privés résidentiels étiquetés F et G d’ici 2025, conformément à la loi relative à la transition énergétique contre les « passoires thermiques », et il existe des programmes de rénovation énergétique à destination des ménages les plus défavorisés, comme le programme « Habiter Mieux » de l'Agence nationale de l’habitat (190 000 logements rénovés entre 2015 et 2017). Enfin, les ménages en situation de précarité devraient bientôt bénéficier du chèque énergie, qui remplacera les tarifs sociaux de l’électricité et du gaz naturel.

LIENS DE L’ARTICLE

site web: www.cleoetmoi.fr (site web): http://www.cleoetmoi.fr

POUR APPROFONDIR LE SUJET

CONTINUER LA LECTURE