Climat : le transport aérien reste loin du compte

avion

Près de 4 milliards de passagers, plus de 50 millions de tonnes de fret chaque année et 2 à 3% des émissions mondiales de Co2. C’est ce que pèse le transport aérien international. Exclu -tout comme le transport maritime - du champ d’application de l’Accord de Paris, le secteur a signé en octobre 2016 un accord dénommé CORSIA (Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation). Son objectif : une croissance ‘neutre en carbone’ à partir de 2020. Une neutralité qui reposera en fait sur un mécanisme de compensation, dont les modalités ne sont pas clairement établies. Face à l’augmentation du trafic aérien, seuls les biocarburants pourraient permettre, à moyen terme, une réduction des émissions. Encore faut-il qu’ils soient durables. Enquête.