Anne Bringault : "retarder de 10 ans la limitation à 50 % de la part du nucléaire dans le mix énergétique est une décision irrationnelle" (RAC et CLER)

Bringault Anne

A quelques jours des annonces que devrait faire l’exécutif concernant la future PPE (Programmation pluriannuelle de l’énergie), trois scénarios tiendraient encore la corde, selon les informations de l’AFP. Mais la possibilité de fermer entre zéro et six réacteurs nucléaires d’ici à 2028 – en plus des deux de Fessenheim – retarde, quelle que soit la solution retenue, l’objectif de limiter à 50% le nucléaire dans le mix énergétique de l’Hexagone, le développement des énergies renouvelables ainsi que la mise en place d’un plan d’économies d’énergies passant par la rénovation des bâtiments. Anne Bringault, coordinatrice des ONG au sein du RAC (Réseau action climat) et du CLER (Réseau pour la transition énergétique), dénonce le non-respect des engagements inscrits dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, adoptée il y a seulement trois ans par le parlement.

Cet article est réservé aux abonnés

Interview - 20 Novembre 2018 - 783 mots
PRODUCTION ET DISTRIBUTION D'ÉLECTRICITÉ, DE GAZ, DE VAPEUR ET D'AIR CONDITIONNÉ - Prod. & distribution électricité gaz vapeur & air conditionné
INFRASTRUCTURES & TERRITOIRES DURABLES | DECARBONATION-EFFICACITE ENERGETIQUE EUROPE - FRANCE
Nucleaire|Transition Energétique - EnR

Abonné :

Pas encore abonné?