Marie-Laure Guislain : "une société mère doit pouvoir répondre pénalement des activités de ses filiales à l’étranger" (Sherpa)

Propos recueillis par Sophie Chauliac | 11 Novembre 2019 | 1274 mots

guislain marie-laure

Depuis près de 20 ans, l’association Sherpa lutte contre l’impunité des multinationales et accompagne les populations victimes de ce qu’elle appelle des crimes économiques. L’ONG s’est constituée partie civile contre le groupe Lafarge, mis en examen sur plusieurs chefs d’accusation pour ses agissements en Syrie. Pour Marie-Laure Guislain, responsable du contentieux de Sherpa, au-delà de la loi sur le devoir de vigilance, il est essentiel de pouvoir mettre en cause la responsabilité pénale des multinationales. Entretien.

Cet article est réservé aux abonnés

Interview - 11 Novembre 2019 - 1274 mots

GOUVERNANCE - REGLEMENTATION | SOCIAL-DROITS EUROPE - FRANCE
Droits humains - Devoir de Vigilance|Gouvernance|RSE - CSR|Controverse

Abonné :

Pas encore abonné?