CalPers : la nouvelle présidente déposée par un candidat anti-ESG

CalPers

La première femme présidente de CalPers a perdu son siège au conseil d’administration du fonds de pension californien. Priya Mathur, connue pour l’importance qu’elle accorde aux problématiques ESG (environnementale, sociétale et de gouvernance), a été battue dans une élection à la très faible participation par un candidat plus soucieux des rendements immédiat que du long terme (en accès libre).

Priya Mathur, qui siégeait depuis 2002 au conseil d’administration de CalPers, remettait son siège en jeux en fin de semaine dernière. À la surprise générale, celle qui présidait ce conseil depuis janvier dernier, a été battu par Jason Perez, un officier de police californien.

Sur près de 400 000 inscrits, un peu plus de 16 000 personnes ont effectivement voté. Le taux de participation est inférieur à … 4 %. Jason Perez a recueilli 9209 voix contre 7008 pour la sortante.

Connue pour ses positions très pro-ESG, Priya Mathur a été sévèrement critiquée pendant la campagne par son concurrent. Ce dernier l’accusant de ne plus être en contact avec la base des fonctionnaires californiens et de préférer "voyager aux quatre coins du monde" plutôt que de travailler à préserver leurs intérêts financiers comme le commande le devoir fiduciaire.

Une gouvernance sur le point de basculer ?

Jason Perez souhaite que CalPers se préoccupe moins des questions sociales, environnementales et de gouvernance et davantage de renégocier de hauts rendements avec les entreprises dans lequel il a investi. Dans le livret de vote de CalPers, il affirme que son adversaire "a mis en péril la sécurité de notre retraite, en partie à cause de priorités d’investissement dans les domaines environnemental, social et de gouvernance, quel que soit le risque associé aux investissements".

Cette élection traduit, sur le fond, un sentiment de colère de la part d’une partie des fonctionnaires californiens, qui verront dans certaines villes leurs cotisations retraites exploser dans les années qui viennent (+ 50% au cours des 7 prochaines années).

CalPers avait subi de plein fouet la crise des subprimes en 2008. Une crise dont le fonds de pension ne s’est pas totalement remis car seuls 71 % des retraites de ses cotisants sont aujourd’hui assurées.

Une image à préserver

C’est un coup dur pour l’image du fonds de pension californien (360 milliards d’actifs), qui s’affiche depuis des années comme l’un des leaders mondiaux de la finance responsable.

Pourtant, cette élection ne signifie pas nécessairement que la politique d'investissement responsable de CalPers est sur le point de basculer. Rien ne garantit à Jason Perez d’accéder à la présidence du conseil d’administration, où siègent 13 membres. Les statuts de CalPers prévoient que ce vote se tiendra en janvier 2019.

POUR APPROFONDIR LE SUJET

CONTINUER LA LECTURE